Qu’est-ce qu’LPC?

.
Traduire: EnglishDeutschItalianoEspañolNederlandsPolski
.

Bienvenue – Qu’est-ce qu’LPC? – La vie au campPhotosParticiperCalendrier .

DonationsNouvelles (en anglais)Groupes de soutien LPC – Contacter LPC .

.

Tout d’abord, un peu d’Histoire…

Natalie Peterson et Pavey Lupton

Natalie Peterson (gauche) et Pavey Lupton (droite), en 1950 environ.

En 1947, Natalie Peterson et Pavey Lupton, deux étudiantes de l’Université de Wellesley qui passaient leur troisième année d’études à l’étranger, ont voyagé dans une Europe ravagée par la guerre. Étant elles-mêmes jeunes et ouvertes sur le monde, elles ont été frappées par les conséquences de la guerre sur les enfants. Arrivées à la fin de leur séjour, elles ont conçu l’idée de rassembler des jeunes gens de divers pays : elles voulaient organiser un camp d’été qui permettrait de restaurer la confiance et la compréhension entre les peuples. Elles ont appelé ce projet “Young Leaders International” et ont mis sur pied leur premier camp en 1949. Plus tard, lorsque Natalie a épousé Armin Luethi, le nom des camps a changé et est devenu “Luethi-Peterson Camps” (LPC).

Natalie Luethi-Peterson en 2007.

Natalie Luethi-Peterson à Freedom, New Hampshire, en 2007.

Bien que le concept de LPC soit aujourd’hui largement reconnu, c’était quelque chose de totalement nouveau en 1949 et le succès était tout sauf assuré. Cependant, l’entreprise a réussi. Dix ans plus tard, deux camps ont eu lieu parallèlement, le deuxième camp étant organisé et géré par des moniteurs que Natalie avait formés. De plus en plus d’enfants et de jeunes adultes ont entendu parler de LPC et l’organisation s’est développée, jusqu’à ce que huit camps soient mis sur pied chaque année dans plusieurs pays différents. LPC n’est toutefois jamais devenu un seul énorme camp, parce que Natalie et ses moniteurs ont souhaité garder l’atmosphère créée par la petite communauté des premiers camps.

Participants au camp de Freedom, New Hampshire, en 2007.

Participants au camp de Freedom, New Hampshire, en 2007.

Depuis lors, certains endroits ont été utilisés chaque année pour y organiser des camps, lorsqu’ils sont disponibles, parce qu’ils sont particulièrement bien adaptés aux besoins de LPC. D’autres sites n’ont été utilisés qu’une seule fois. LPC a organisé des camps dans différents pays européens et aux Etats-Unis. L’organisation possède une grande ferme à Freedom, dans le New Hampshire, et peut régulièrement utiliser deux autres sites : Birch Point, dans le Maine, et Hegnes, en Norvège, qui sont tous deux la propriété d’anciens directeurs de camps LPC. Aujourd’hui, chaque année, un nombre variable de camps a lieu dans différents endroits en Europe et aux Etats-Unis, et tous sont supervisés par des directeurs possédant l’expertise et l’expérience nécessaires à la gestion d’un camp LPC. Vous pouvez consulter la liste des camps ayant été organisés par le passé pour vous faire une idée des endroits où les camps LPC ont eu lieu ces dernières années.

.

La vie quotidienne au camp…

Danse folklorique

Danse folklorique

Les camps d’été LPC durent entre quatre et six semaines. Ils s’adressent soit à des enfants de 9 à 14 ans, soit à des adolescents de 14 à 17 ans. En moyenne, chaque camp accueille 24 participants et est supervisé par 8 moniteurs – qui ne forment, en fait, qu’une grande et heureuse famille ! La brochure LPC contient plus d’informations sur ce que le camp propose, tout comme notre vue d’ensemble d’une journée typique au camp LPC.

Maquillage

Maquillage

Aujourd’hui, LPC est une organisation sans but lucratif basée sur le volontariat dont l’objectif est d’encourager la compréhension entre les peuples en rassemblant des enfants d’origines culturelles diverses. À travers les travaux manuels, le sport, la musique et l’étude des langues, LPC met l’accent sur l’autogestion en apprenant aux enfants à prendre des responsabilités non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour la communauté. Les participants aux camps LPC font la majorité de leur cuisine et de leurs nettoyages eux-mêmes et participent aux processus de prise de décision du camp. Et, bien sûr, ils s’amusent aussi beaucoup !

.

Comment LPC fonctionne…

Le bureau central de LPC est situé à l’Ecole d’Humanité, une école internationale qui se trouve à Hasliberg-Goldern, en Suisse, et que Natalie et Armin Luethi-Peterson ont dirigée pendant de nombreuses années. Avec les années, l’école et les camps se sont mutuellement enrichis avec des participants aux camps qui sont devenus élèves de l’école et vice-versa.

Moniteurs LPC à St Sulpice, Suisse, 2010.

Moniteurs LPC à St Sulpice, Suisse, 2010.

En décembre de chaque année, LPC organise sa “conférence de Noël”. Lors de cette conférence, les directeurs des camps se retrouvent pour discuter de la façon de gérer les camps, pour trouver des solutions aux problèmes qui ont surgi lors des derniers camps, pour évaluer le programme LPC et pour planifier de nouveaux camps. C’est lors de cette conférence de Noël que toutes les inscriptions sont prises en compte et que les participants et les moniteurs sont placés dans les différents camps qui auront lieu l’été suivant.

Aux Etats-Unis, LPC a un comité de direction qui est chargé de l’entretien et de la gestion du site de Freedom, ainsi que de soutenir les camps d’été qui y sont organisés. Plusieurs autres pays ont mis sur pied des groupes de soutien LPC qui rassemblent des fonds pour alléger la participation financière des participants qui en ont besoin, apporter de l’aide aux camps qui se tiennent à proximité et maintenir l’esprit LPC vivant tout autour du monde.

Enfin, le comité exécutif de LPC (ExCom) est composé de trois directeurs LPC qui sont chargés de résoudre les problèmes qui se posent dans l’organisation tout au long de l’année.

Des adresses sont disponibles sous contacter LPC pour prendre contact avec le secrétariat central et le comité exécutif.

.

Pour finir…

Pyramide humaine : Birch Point, 2007.

Pyramide humaine : Birch Point, 2007.

LPC est un petit groupe très spécial. Nous vivons simplement, chantons et dansons beaucoup, essayons d’apprendre les langues des autres, restons en contact en dehors des camps, et en dépit de tout, sommes reliés par la croyance que nous pouvons faire une différence ! Les personnes qui s’inscrivent n’ont besoin que d’ouverture d’esprit. Les moniteurs travaillent chaque jour durant de nombreuses heures pour un salaire symbolique, mais ils reviennent chaque année !

Advertisements